Bernier Groupe Probis

Bernier Groupe : acquisitions, logiciel, écologie, Olivier Bernier nous dit tout

On ne présente plus l’entreprise Bernier. Le fabricant de cercueils fait aujourd’hui partie des poids lourds du secteur funéraire, sans jamais avoir concédé un pouce aux valeurs familiales qui sont les siennes. L’entreprise a grandement évolué ces derniers temps. Olivier Bernier nous détaille ces changements.

Tout d’abord, un petit scoop : en 2016, l’entreprise Bernier avait subi un incendie. Avec deux départs de feu, celui-ci avait été considéré comme fortement suspect. « Le coupable vient d’être interpellé, je l’ai appris il y a peu » nous explique Olivier Bernier « c’était donc bien un incendie criminel, et c’était bien dirigé contre nous. C’est un soulagement, parce que depuis quatre ans, nous nous posions beaucoup de questions. »

De Bernier Probis à Bernier Groupe

Donc, Bernier Probis a bien grandi « c’est Bernier Groupe, désormais » explique Olivier « depuis fin 2019. Justement, il y a eu beaucoup d’évolution, et cela impliquait des changements, parmi lesquels la dénomination de l’entreprise. »

Bernier Groupe a en effet décidé de ne pas miser exclusivement sur sa croissance interne, qui est très bonne, mais aussi sur sa croissance externe en rachetant des entreprises. Trois pour être précis.

Première acquisition : La société Fama qui est spécialisée dans la logistique funéraire à savoir pour la livraison de cercueils entièrement équipés , et livrés sur le lieu de mise en bière sur toute l’Ile de France « Avec Fama, nous sommes sur une production de 9000 unités ».

La seconde, une unité de production : La société Soulerot à Navvailes Angos prés de Pau, un producteur, qui sort actuellement 2000 unités. « Notre objectif est de le faire croître pour porter sa production à 5 – 6000 unités à moyen terme ».

Troisième acquisition, Qualité-B à à  Saint Martin La Sauveté (43) « C’est un producteur plus important, qui fabrique 12 000 unités. Notre objectif le concernant est de porter sa production à 18 – 20 000 pièces dans u futur proche ».

Toutes ces entreprises seront mises aux normes Bernier : « Nous avons toujours fait le choix d’avoir les meilleurs équipements et outillage technologiques, pour améliorer à la fois la qualité et la précision d’usinage et la productivité. Ces entreprises qui sont entrées dans le groupe ont ou vont bénéficier d’investissements de notre part pour améliorer les unités de production. Nous voulons leur apporter et leur faire bénéficier d’une expérience de 45 ans dans la fabrication de cercueils ».

Et tous ces changements impliquent des changements au niveau de la direction ? « Aucun. Mon cousin, le fils du co-fondateur, Laurent, ma sœur Aurélie et moi sommes toujours les seuls actionnaires, nous sommes une entreprise familiale et nous voulons le rester. »

Où cela place t-il Bernier Groupe dans le classement des fabricants de cercueils français ? L’entreprise grimpe vers la première place, non ? « Nous ne sommes pas numéro un, et cela ne nous intéresse pas tellement de le devenir, en fait. Ce qui m’intéresse, plutôt, c’est d’être incontournable. Sur le marché .

Et pour cela, nous sommes en bonne place. Par contre, nous avons une place de numéro un, sauf erreur de ma part, nous sommes le fabricant de cercueils en France qui produit le plus d’unité sur un même site. »

Un logiciel pour tout changer

Preuve que Bernier Groupe est tourné vers le futur, l’entreprise va proposer un logiciel pour ses clients pompes funèbres.

« C’est un logiciel high tech de présentation de cercueils que nous avons présenté au Salon de Paris. Il existe déjà des logiciels pour montrer des cercueils aux familles, mais nous avons souhaité les faire évoluer, et celui-ci propose un bond en avant technologique. Nous somme sles premiers à proposer une présentation virtuelle complète ».

Olivier Bernier détaille « Avant, les logiciels proposaient une photo en 3D. Là, il s’agit d’une représentation du cercueil, qui inclus ses personnalisations. La famille pourra voir le cercueil ouvert, avec le capiton qu’elle a choisi mis en place. Et une fois cela fait, il sera possible de voir le cercueil fermé, avec l’emblème et la plaque qu’elle a choisi ».

Le tout puisé dans l’ensemble du catalogue Bernier Groupe « le logiciel proposera les cercueils, capitons et accessoires que la pompe funèbre a choisi d’inscrire à son catalogue dans notre gamme. L’immense avantage est que le logiciel permet une personnalisation extrême, autant pour la pompe funèbre que pour la famille ». Olivier prend une comparaison « vous avez déjà vu les logiciels automobile qui vous permettent de personnaliser votre futur véhicule avec la couleur et les options et de la voir en direct ? Nous proposons des performances similaires ».

L’écologie au coeur

Un autre sujet sensible : l’écologie. Les fabricants de cercueils sont souvent interrogés sur l’impact écologique de leur domaine d’activité, et du funéraire en général. Sur ce sujet, Olivier Bernier a des choses à dire.

Et l’entreprise avance sur ce sujet « nous proposons dores et déjà quelques produits dans la gamme qui sont écologiques, dans le sens où il utilisent des matériaux biodégradables, n’ayant aucun impact environnemental. Les cercueils écologiques n’utilisent pas de solvants et pas de produits chimiques. Pour les autres cercueils de nos gammes, nous travaillons avec nos fournisseurs. Nous n’avons pas encore les solutions, mais on y travaille, et nous avançons ».

Le bois aussi « 97 % de nos cercueils sont fabriqués en France. Et nous travaillons dans le cadre du PEFC au développement durable des forêts. Il faut savoir, et peu de personne en ont conscience, que la France est un des pays où les forêts sont le mieux gérées. La densité des forêts française n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui ».

L’Ecogestion, concrètement, ça se passe comment ? « Sur chaque facture de bois, notre fournisseur retiens un pourcentage pour la reforestation. Tout notre bois provient de forêts écogérées, qui permet d’abattre des arbres matures et de les replacer par d’autres qui vont avoir le temps de croître.  Par exemple, passé 80 ans, un chêne n’apporte plus rien en terme de CO2. L’écogestion permet d’avoir un impact positif maximal su l’environnement ».

Aujourd’hui, Bernier Groupe, ce sont 120 personnes, 3 sites de fabrication de cercueils, 1 site de distribution en région parisienne, 10 plateformes de stockage et de distribution, 120 000 cercueils commercialisés annuellement, 150 modèles. Et sans jamais avoir fait d’entorse aux valeurs familiales qui sont les siennes depuis le début. Incontournable ? Assurément.

http://www.bernierprobis.fr/

Guillaume Bailly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *