argent

Frais d’obsèques, le jugement dernier du consommateur

Nos vies ne se résument pas à notre activité de consommation, même si elle nous occupe et nous préoccupe chaque jour, ou presque. Pas plus que les obsèques ne se réduiraient à un service marchand. Mais cette dimension existe bel et bien, et les pompes funèbres nous le vendent et l’organisent. Examinons alors cette consommation très spéciale du dernier jour ainsi que sa régulation, du pré-achat des obsèques à la concurrence entre ceux qui font disparaître les morts, sans oublier les aides financières pour les démunis.

Levons d’abord un doute sur la référence à la consommation qui peut laisser le lecteur perplexe. Il est vrai que l’image du consommateur est ici brouillée. Le défunt bénéficie d’un dernier hommage et d’une sépulture mais c’est un service dont il se serait bien passé dans l’absolu.

Lire la suite sur the Conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.