Caisse argent

Les pompes funèbres, ces délinquants

Après tout ce temps, il fallait bien que la justice rattrape les pompes funèbres, ces dangereux délinquants multirécidivistes. Et ça y est, enfin cette zone de non-droit est tombée : la Sacem a accès aux enterrements. Raquez, racailles !

« Et ma p’tit SACEM
Qui sait combien je l’aiiiime ! »

Eddy Mitchell

Taxez ces voyous !

Le pardessus râpé du vieux de Daniel Guichard sera reprisé à la feuille d’or, quand Carla Bruni murmurera que quelqu’un lui a dit que tu l’aimais encore, on saura désormais qu’il s’agit de son banquier, et ce qui vole, dans la chanson de Céline Dion, sera sans doute ses billets qu’elle laisse flotter au vent : tous recevront des droits pour les diffusions de leurs morceaux par la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique, la SACEM.

C’est un procès que les PFG ont perdu. Et pourquoi les PFG ? Et bien tout simplement parce qu’il est simple de s’attaquer au plus gros, et que le gros en question s’était dit, en juillet dernier, qu’ils allaient arrêter de payer le SACEM aux enterrements.

Donc ? Les PFG vont devoir passer à la caisse, et pas seulement eux, bien entendu, mais aussi toutes les pompes funèbres qui voudront diffuser des musiques. C’est à dire toutes les pompes funèbres. Ou plutôt, les sociétés sur les convois de qui les familles voudront diffuser de la musique.

Et n’allez pas dire que c’est al faute aux PFG si vous devez payer la SACEM. Théoriquement, si vous ne le faisiez pas, vous étiez dans l’illégalité.

Vous voudrez passer « Allumer le feu » au crématorium ? Aucun souci, veuillez vous acquitter de 3 euros et 30 centimes (c’est un forfait), dont quelques piécettes seront reversées à la veuve de Johnny, il ne faudrait pas qu’elle se retrouve dans le besoin.

La SACEM a même annoncé qu’elle enverrait désormais des agents patrouiller dans les cimetières pour surveiller la diffusion de musique, et, le cas échéant, percevoir leur écot. Ils devraient être faciles à repérer : imperméable, chapeau, lunettes de soleil, tendance à se planquer derrière les tombes, les poubelles, les haies, les arbres et à parler dans une oreillette…

Bon, on n’imagine pas sérieusement cela, bien entendu : à moins que les agents de la SACEM sur le terrain soient très nombreux, et qu’ils aient un temps libre considérable, aller patrouiller les allées du cimetière de Perros Guirec pour y percevoir 3 euros 30 en cas de diffusion de musique semble illusoire. Bien entendu, des exemples seront faits, et les Maîtres de cérémonies parisiens, surtout si ils travaillent pour de grosses structures, devraient apercevoir dans les prochains jours des gens bizarres rôder autour de leurs convois, carnet en main.

Ce n’est pas tant la somme, c’est le principe. Personne n’a demandé aux artistes si cela les dérangeait, que leurs chansons soient considérées comme si belles que des familles les veulent comme dernier adieu à une personne aimée, et sans doute bon nombre d’entre eux feraient cadeau de cette diffusion si ils le pouvaient. Mais non, dans notre beau pays, vous pouvez pleurer librement tant que vous avez payé la TVA sur votre mouchoir en papier et la SACEM sur la musique qui accompagne la descente du cercueil.

Votre serviteur a déjà pris les devants, et il a glissé trois euros et trente centimes dans l’enveloppe qui contient ses dernières volontés. C’est juste que je tiens à entendre une dernière fois, en descendant dans ma tombe, « Beleriand » de Summoning, et que ça fera mal aux oreilles de beaucoup de mes proches, il ne faudrait pas en plus qu’ils paient pour ça. Je rajouterai quelques pièces dans l’enveloppe au fur et à mesure des années, pour l’inflation. Bref, amis pompes funèbres, pensez à ajouter une petite ligne sur vos devis. Dans les tiers, je suppose

Guillaume Bailly

2 Replies to “Les pompes funèbres, ces délinquants”

  1. les pfg ou funecap non cas pas ce sucrer encore un peu plus sur cette prestations j’ai bien lu l’article et le problème n’est pas de diffuser mais de facturer .
    donc logique qu’il payent

  2. Ok !
    Que la SACEM fasse passer une note à tous les opérateurs funéraire avec les conditions ainsi que la procédure au règlement de cette prestation supplémentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *