Tombes Juives

Avec 90% des profanations antisémites en Alsace, il y a forcément des réseaux à démanteler

Samuel Thomas est le président de La Maison des Potes. L’association anti-raciste s’est constituée partie civile dans le procès des 5 jeunes condamnés en 2017 pour avoir profané 250 tombes juives au cimetière de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, en février 2015. La Maison des Potes a fait appel du jugement et réclame que le préjudice moral soit retenu. Entretien avec un ardent défenseur des droits des minorités, inquiet par la persistance d’un climat d’antisémitisme latent en Alsace.

Rue89 Strasbourg : L’audience du procès en appel des 5 profanateurs du cimetière de Sarre-Union s’est tenu le 18 mai, à la Cour d’appel de Colmar. Pourquoi avez-vous fait appel en tant que partie civile, et qu’avez-vous pensé de l’audience ?

Samuel Thomas, président de la Maison des Potes : L’audience s’est bien passée et j’ai trouvé les juges très attentifs. Je suis plutôt confiant mais on ne peut jamais être sûr. Quand ils ont prononcé les peines en septembre 2017, et que le tribunal de Saverne a ensuite annoncé en septembre 2018 les réparations pour les parties civiles, les juges ont décidé que les jeunes répareraient le préjudice matériel, c’est à dire les 250 tombes profanées, mais ils ont aussi déclaré qu’il n’y aurait pas de réparation du préjudice moral versée aux associations de lutte contre le racisme, pour le caractère antisémite des délits commis. C’est extrêmement grave. On peut donc faire peur aux juifs de France et du monde, on peut crier « Heil Hitler » et « mort aux juifs », mais il n’y a pas de préjudice moral.

Lire la suite sur Rue89 Strasbourg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.