La mort des sœurs Brontë causée par une eau infusée aux cadavres ?

La famille Brontë est connue pour avoir compté en son sein un nombre impressionnant d’écrivaines de génie. Pour le plus grand malheur des lecteurs, le nombre de chefs d’œuvres produit par Charlotte, Emily et Anne fut limité par leurs morts précoces. Une enquête datant du milieu du XIXe siècle propose une hypothèse à ces tragédies successives. La santé fragile des membres de la famille serait due à la mauvaise qualité de l’eau, contaminée par le cimetière qui surplombait la maison familiale.

Génies littéraires complices et productifs, les frère et sœurs Brontë sont tous morts prématurément. Emily et Branwell disparaissaient tous deux en 1848 à l’âge de 30 ans et 31 ans. Un an plus tard, c’était au tour d’Anne, décédée à 29 ans. Enfin, Charlotte fermait la marche en 1855 à l’âge de 38 ans.

Ces décès tragiques sont traditionnellement expliqués par la tuberculose ou le chagrin. Le milieu du XIXe siècle étant une période moins portée sur l’hygiène que notre modernité biberonnée au gel hydroalcoolique, ces morts précoces n’étaient pas si exceptionnelles.

Cependant, une autre hypothèse est avancée depuis 150 ans. Resté seul à la mort de ses enfants, Patrick Brontë, curé de la paroisse, aurait commencé à chercher la cause du décès de ses enfants. Ses premières explorations ont ensuite été reprises en 1850 par un certain Hershel Babbage qui a fini par publier un ouvrage sur le sujet. 

Lire la suite sur Actualitte.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *