lyon ecolo

Lyon veut mourir écolo

La Ville de Lyon veut introduire plus d’écologie et d’égalité dans le mort. Ainsi, la municipalité va proposer un plan avec une facturation spécifique des concessions, et promouvoir les « nouvelles obsèques », comme l’aquamation ou l’humusation. A-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Vert de mort

La municipalité de Lyon est à majorité écologiste, et essaie donc d’appliquer son programme le mieux possible, y compris jusque dans les cimetières. C’est donc une série de mesures ambitieuses que le conseil municipal va présenter.

Première mesure, l’égalité sociale : la ville va proposer une tarification des concessions de cimetières modulable par quotient familial. De cette façon, l’achat d’une concession ne serait plus facturée en fonction d’une grille fixe, mais selon les revenus familiaux.

Et, soyons franc : ce n’est pas bête du tout. Même si des dispositions sociales existent dans le droit funéraire, ces dernières permettent d’accéder à une concession gratuitement pour cinq ans, pas plus. Là, il s’agit de concessions de longues durées, à un tarif adapté, selon le quotient familial, donc une grille qui met à l’abri de l’arbitraire.

Et, franchement, même si l’application concrète soulève quelques écueils dont on a hâte de voir comment ils vont être résolus, l’idée est bonne. On peut être pour ou contre, selon ses idées, c’est un autre débat, mais il faut reconnaître que c’est une idée en adéquation avec la politique globale de la majorité sans tomber dans l’excès, en un mot, bien joué.

Ensuite, la municipalité veut mettre en avant les « nouvelles obsèques », humusation et aquamation en tête. Et là, le lecteur attentif de Funéraire Actualités va s’exclamer « hé, mais attendez une minute, c’est interdit, ça, non ? ». Et pour ceux qui ne savent pas de quoi on parle, votre serviteur a dit tout le mal qu’il en pensait dans ces colonnes, en expliquant tout de même de quoi il s’agissait.

Oui, c’est interdit, et la municipalité le sait. Leur but n’est donc pas de contrevenir à la loi, mais bien de « porter ces alternatives dans le débat politique national ».

Bon, là, retour à la réalité, la circonspection est de rigueur. Une tentative de légalisation de l’humusation a déjà été faite par le biais d’une loi déposée en 2022, et cette dernière a fait chou blanc.

C’est une lutte utopique : outre l’adaptation de la loi à ces pratiques, plus compliquée qu’un simple vote les autorisant, il restera ensuite à expliquer et convaincre la population, et à construire les infrastructures nécessaires, avec soit de l’argent public, qui pourtant manque notoirement, soit avec des fonds privés qui demanderont des garanties de rentabilité impossibles à certifier.

Bonne chance pour ça, donc.

Mais, globalement, il faut reconnaître que les mesures portées par la municipalité de Lyon sont intéressantes. Elle ont l’avantage de porter ces sujets dans le débat public, et permettre aux familles de s’emparer de ces sujets n’est jamais une mauvaise chose.

Guillaume Bailly

One Reply to “Lyon veut mourir écolo”

  1. ABOUKIR Jean Luderce - Directeur du service de la Réglementation et Citoyenneté - mairie de Sainte-Suzanne (La réunion) dit :

    Bonjour,
    la tarification des concessions des cimetières selon les revenus des familles est est une mesure sociale, qui si elle adoptée saura être appréciée par les familles modestes. En ce qui me concerne je ne manquerai pas d’en parler autour de moi. Concernant les alternatives aux inhumations dites classiques, et eu égard aux problématiques des saturations des cimetières il va falloir un moment ou un autre légiférer.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *